Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Imprimer
Accueil Choisir mes études Ma 1re année en...

Ma 1re année en PACES

Tous les ans, ils sont nombreux à s’inscrire en PACES (1re année commune aux études de santé) pour tenter d’intégrer un cursus de santé. Marine fait partie des étudiants qui ont réussi à franchir le cap de cette année de concours très difficile. Actuellement en 2e année de médecine à l’université Pierre et Marie Curie à Paris, elle revient pour nous sur son expérience de PACES.

Pourquoi avoir choisi la PACES ?

Marine a toujours connu son grand-père malade. Au collège, elle décide de devenir médecin, pour essayer de soigner ces maladies qu’on ne sait pas encore guérir. "Au lycée, je suis allée aux journées portes ouvertes de plusieurs facultés de médecine. J’ai pu discuter avec des étudiants de PACES et savoir comment ils avaient vécu cette année de concours et comment ils avaient travaillé." C’est forte de ces conseils qu’elle s’inscrit dans la filière après son bac S obtenu avec une mention bien.

Qu’est-ce qui change par rapport au lycée ?

Le cadre de travail évolue du tout au tout. Finies les classes à 30 élèves, place aux cours magistraux en amphithéâtre avec 500 étudiants. "Du coup, je me dispersais beaucoup sur mon ordinateur, j’avais tendance à faire autre chose qu’écouter le cours, d’autant que le prof se contentait souvent de lire les diapositives ou les polycopiés, sans interaction avec les étudiants", se souvient-elle. C’est encore plus difficile de se concentrer dans les amphis où l'enseignant n’est pas physiquement présent mais où son cours est retransmis en vidéo. Autre nouveauté : l’autonomie. "Les profs ne nous donnent pas de consignes. On sait seulement qu’on doit tout connaître pour le concours. À nous de nous organiser pour revoir régulièrement les cours afin de ne pas les oublier", explique Marine.

À quel rythme de travail a-t-il fallu s’habituer ?

Les semaines comportent environ 20 heures de cours, réparties entre cours magistraux et enseignements dirigés en plus petits groupes. Au bout de quelques semaines, Marine décide de moins aller à l’université. Elle préfère travailler toute seule et regarder certains cours vidéo, chez elle car elle a besoin de réciter ses leçons à haute voix pour les apprendre par cœur : "J’étais à mon bureau de 8h à 12h30, puis de 13h30 à 19h30, et je reprenais le soir de 20 heures à 23 heures, tous les jours. C’était épuisant ! Il est important de pouvoir échanger avec d’autres personnes de la promotion qui vivent la même chose." 

Qu’est-ce qui lui plaît le plus dans la PACES ?

Marine a globalement trouvé tous ses cours de PACES intéressants, même s’ils restent loin de la médecine : "J’aimais ce que j’apprenais car ça me rapprochait de mon but de devenir médecin. Mais la matière que j’ai préférée, c’est l’anatomie, celle qui me servira le plus dans mon futur métier."

Quelles difficultés rencontrées ?

Côté enseignements, c’est la physique qui lui a posé le plus de problèmes : "J'avais du mal à comprendre, même en demandant de l’aide à ma tante qui est prof de physique en prépas." L’étudiante souffre aussi du rythme : "Je ne voyais mes amis que le samedi soir, et c’était parfois le seul jour de la semaine où je sortais de chez moi." S’habituer à l’évaluation par QCM (questionnaire à choix multiple) n’a pas été simple non plus : "On ne peut pas broder comme au lycée pour montrer qu’on a compris certaines choses. Là, il faut réfléchir en termes de stratégie et calculer si tel item a plus de chance d’être faux pour telle ou telle raison, et en fonction, décider de répondre ou non", prévient Marine. Heureusement, le tutorat de l’université organise des concours blancs le samedi matin pour se rôder à l’exercice.

Et après ?

À l’issue de la première partie du concours, en décembre, Marine était classée 400e, pour 323 places en médecine. "Cela restait jouable mais ce n’était pas gagné. Du coup, j’avais une pression en plus au 2e semestre. Je n’ai pas lâché, mais à la fin, je n’en pouvais plus !" Résultat : au deuxième concours, elle remonte à la 260e place et intègre donc médecine. Aujourd’hui en 2e année, elle profite du rythme plus calme et réfléchit à la suite. Si elle a pendant longtemps voulu s’orienter vers la pédiatrie pour travailler avec les enfants, aujourd’hui, elle se sent plus attirée par la chirurgie. "J’attends avec impatience les stages qui commencent l’année prochaine pour préciser mon projet", confie Marine.

PACES, fiche d’identité

Durée : 1 an. Possibilité de redoubler pour retenter sa chance.
Inscription : via la procédure commune d’accès à l’enseignement supérieur Parcoursup.
Profils des admis : en priorité les bacheliers S. Les autres bacheliers peuvent s’y inscrire mais ont peu de chance d’accéder à une 2e année d’études de santé.
Cadre : dans une quarantaine d’universités. Cours magistraux en amphi (parfois 500 étudiants en début d’année) et enseignements dirigés en plus petits groupes.
Emploi du temps : autour de 30 heures de cours par semaine à l’université.
Matières : au 1er semestre, le tronc commun est organisé autour de quatre grands pôles : les sciences fondamentales (physique, chimie, statistiques, etc.), la biologie (moléculaire, cellulaire, etc.), les matières médicales (anatomie, physiologie, sciences du médicament, santé publique, etc.) et les sciences humaines et sociales (économie et droit appliqués à la santé, psychologie, sociologie, etc.). Au 2nd semestre, à côté du tronc commun s'ajoutent des matières propres aux filières de santé présentées au concours.
Charge de travail : travail personnel important en dehors des cours (environ 40 heures par semaine).
Encadrement : contrairement au lycée, les élèves sont peu encadrés. Ils doivent apprendre à être autonomes et à travailler seuls. Un tutorat d’accueil et d’accompagnement méthodologique est toutefois organisé à l’intention des étudiants de L1.
Vie extra-scolaire : à l’université, possibilité de s’impliquer dans la vie associative, mais le rythme de la PACES ne s’y prête pas.
Validation : le concours pour entrer en 2e année de cursus de santé se déroule en deux parties, sur 2 ou 3 jours à chaque fois. Les épreuves reposent sur des QCM (questions à choix multiples). Les résultats aux deux parties du concours sont ensuite additionnés. Si l’étudiant est classé en rang utile (c’est-à-dire s’il figure dans le numerus clausus affecté à son université), il est admis en 2e année. S’il n’est pas classé en rang utile mais a obtenu plus de 10 de moyenne, il valide son année, ce qui peut lui permettre dans quelques cas d’entrer directement en 2e année de licence.
Diplôme : la PACES ne débouche pas sur un diplôme. Elle prépare l’accès aux études de santé, ou à la poursuite dans un autre cursus (licence par exemple) en cas d’échec au concours.
Coût de la scolarité : frais d’inscription universitaire de 184€ en 2017-2018.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels